Dossier transition écologique : ces chantiers qui peuvent tout changer

Le désordre climatique est global mais les émissions sont locales. En France, on estime que les collectivités sont directement à l’origine de 15 % des émissions de CO2 sur leur territoire et si l’on intègre les effets indirects de leurs orientations, ce taux grimpe à 50 %. Engager la transition écologique sur son territoire est donc un impératif mais c’est aussi une source d’opportunités. Voici les pistes qui permettent de changer pour le mieux.

Le plus populaire : favoriser la pratique du vélo

600 kilomètres de pistes cyclables, 19 000 arceaux de stationnement, 6 000 vélos en libre-service et plus de 310 000 en circulation… Bienvenue au paradis des cyclistes : la métropole de Strasbourg où 11% des déplacements se font aujourd’hui à vélo (contre 2 à 3 % en moyenne en France). L’histoire de ce succès a commencé en pente douce au […]

Indispensable : valoriser les biodéchets

Le saviez-vous ? Nos restes alimentaires, épluchures de légumes et autres détritus de jardin représentent aujourd’hui près du tiers de nos poubelles ménagères, soit 132 kilos par an et par personne qui terminent le plus souvent leur course dans l’incinérateur. Une fin pour le moins dissonante quand on sait que ces déchets peuvent être composés à plus de 90% d’eau. Les incinérer revient donc à brûler… de l’eau ! […]

Ça rapporte ! Les énergies renouvelables

Même en Normandie il est possible de se faire une place au soleil grâce aux énergies renouvelables. La preuve avec Malaunay, située en bordure de l’agglomération rouennaise. Cette commune de 6 000 habitants couvre aujourd’hui 65 % de ses besoins en chaleur grâce à deux chaufferies biomasse tandis qu’une douzaine de toitures solaires fournissent environ 30% de l’électricité consommée […]

Aujourd’hui pour demain : planter une forêt Miyawaki

Ça envoie du bois ! La ville de Mulhouse (Haut-Rhin) s’est lancée en 2021 dans une ambitieuse opération de « renaturation » de 34 hectares de terrain au cœur de la ville. Les objectifs sont multiples : améliorer le cadre de vie, créer des îlots de fraîcheur, favoriser la biodiversité et une meilleure qualité de l’air. Pour son premier projet, la ville a […]

Étape par étape : révolutionner la cantine

Ce que l’on met dans notre assiette représente en moyenne 24 % de notre empreinte carbone ! Un chiffre assez colossal mais qui peut varier sensiblement selon que notre régime alimentaire est plus ou moins carné et en fonction des pratiques agricoles impliquées. Les cantines scolaires, qui servent un milliard de repas par an, se retrouvent au cœur de ces enjeux et peuvent […]

Le plus ambitieux : rénover le bâti communal

On peut être une petite commune et avoir de grandes ambitions. Les 1045 habitants de Tremayes, en Saône-et-Loire, en sont désormais convaincus grâce à l’action de leur maire Michel Maya, à qui ils renouvellent leur confiance depuis 27 ans. Cela fait dix ans que l’élu écologiste vise l’autonomie énergétique sur sa commune. Pour cela, il a […]

>> Retrouver le dossier de 10 pages dans La lettre du Cadre n°552

Publicité

[Info Contexte] Scénarios électriques : les hypothèses de l’Ademe bousculent le jeu

Alors que RTE dévoilera lundi 25 octobre le détail très attendu de ses scénarios électriques à l’horizon 2050, Contexte publie les hypothèses travaillées en parallèle par l’Agence de la transition écologique. La sobriété y est parfois très poussée, plus que chez RTE ou négaWatt. Le nouveau nucléaire, lui, l’est beaucoup moins.

Pendant que RTE travaillait, à la demande de l’exécutif, sur la planification des futurs électriques de la France (relire notre article), l’Ademe a lancé en 2019 son propre chantier « Prospectives, énergies, ressources 2050 ». Transversale, sa cartogropahie va « des sols au système électrique, en passant par l’industrie, les bâtiments ou encore la mobilité », et comprend même « une évaluation des ressources (matières, biomasse, sol notamment) », comme l’explique l’Agence de la Transition écologique sur son site internet.

L’ensemble de ses travaux devraient être publiés le 15 novembre prochain, à l’exception notable du volet électricité, reporté sine die, selon les informations obtenues par Contexte.

Est-ce parce que la version de travail, que Contexte publie, offre une vision différente de celle de RTE sur des points sensibles tels que le niveau de consommation et la place du nouveau nucléaire ?

Ce n’est en tout cas pas la première fois que l’agence bouscule la doxa gouvernementale. La…

>> Lire la suite sur Contexte (accès premium)

Énergie dans les logements : l’électricité avant la sobriété

L’exécutif est en train de boucler plusieurs dossiers structurants pour l’avenir énergétique des bâtiments. Mais, par un étrange agencement des priorités, il a mis plus d’ardeur à garantir l’électrification des usages que la baisse des consommations.

« Il faut qu’on arrête d’avoir l’électricité honteuse dans le domaine du bâtiment ! Pour nous, c’est la solution pour réussir l’atteinte de la neutralité carbone à horizon 2050 ! »

Cette ode d’Olivier David à l’électricité décomplexée date de décembre 2019 et du dernier colloque de l’Union française de l’électricité (UFE) organisé en présentiel. Le chef de l’efficacité énergétique à la DGEC a choisi de la déclamer alors que le travail d’élaboration de la future réglementation environnementale des bâtiments neufs (RE2020) entrait dans le dur. Depuis, personne n’a manqué de constater ses remarquables effets. 

Qu’il s’agisse de la RE2020, du nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE) ou encore de l’élaboration de la cinquième période de certificats d’économies d’énergie (CEE), « on a effectivement constaté un parti pris assez net de l’administration en faveur de l’électricité décarbonée », explique à Contexte Étienne Charbit, responsable projet efficacité énergétique au ‎Cler-Réseau pour la transition énergétique. 

Les textes relatifs à ces trois chantiers structurants sont désormais connus et en voie d’être publiés. RTE a d’ailleurs anticipé leurs effets dans son récent bilan prévisionnel sur le système électrique 2021 – 2030, prévoyant que « la part de logements chauffés à l’électricité pourrait ainsi s’approcher de 50 % en 2030 (contre environ 40 % aujourd’hui) ».

Les observateurs sont toutefois nombreux à diagnostiquer […]

>> Lire la suite dans Contexte (accès premium)

Bâtiment neuf : l’exécutif met la com’ avant les normes

Le gouvernement a dévoilé le 24 novembre 2020 les contours de la future réglementation environnementale pour les logements neufs (RE2020). Si la communication ministérielle insiste sur l’exclusion du chauffage au gaz, de nombreux seuils restent à fixer pour en faire une réglementation ambitieuse.

Annoncée dans la loi Grenelle II de 2010, confirmée dans la loi de transition énergétique de 2015, expérimentée via le label E+C- depuis 2017, la réglementation environnementale entrera finalement en vigueur à l’été 2021.

Le chantier a été long, mais la construction neuve peut désormais entrer dans un nouveau paradigme, ont annoncé Barbara Pompili et Emmanuelle Wargon le 24 novembre : l’idée n’est plus seulement de réduire la consommation d’énergie des bâtiments, mais de viser la décarbonation des énergies et des modes de construction ainsi que de se préparer aux vagues de chaleur de plus en plus récurrentes.

La fin des énergies fossiles en 2024

« Le Haut Conseil pour le Climat a mis en avant l’exemplarité de la Suède dans son récent rapport sur la rénovation énergétique. Ce constat ne peut plaider qu’en faveur d’une future RE2020 ambitieuse », a souligné Barbara Pompili avant de dérouler un panel de mesures censées incarner la « détermination » de l’exécutif.

Pour décarboner l’énergie utilisée, la RE2020 fixe pour la première fois […]


>> Lire la suite sur Contexte (accès Premium)

La crise sanitaire a fragilisé la résilience du nucléaire français

L’épidémie et ses conséquences ont perturbé les chantiers de maintenance et de rechargement du combustible dans les centrales nucléaires. Seule la moitié du parc est actuellement disponible et l’approvisionnement l’hiver prochain reste un sujet critique.

Activité «essentielle» au pays à qui elle fournit toujours plus de 70% de son électricité, la filière nucléaire a elle aussi subi les effets de la pandémie avec des conséquences qui pourraient se révéler aussi concrètes que la panne de courant. Avec l’instauration du confinement, le manque de masques et les difficultés à respecter les gestes barrières ont fait s’éterniser les chantiers sur quelque 21 réacteurs nucléaires, aujourd’hui toujours en rade. Conséquence : EDF a annoncé dès mi-avril une baisse historique de 20% de sa production nucléaire pour 2020, à 300 térawattheures (contre 375 à 390 térawattheures prévus).

Mais pour éviter d’aggraver la situation, il a surtout fallu revoir tout le planning des arrêts, y compris ceux relevant du «grand carénage» (gros travaux de remise à niveau destinés à prolonger la durée de vie des centrales nucléaires). L’idée étant d’organiser une moindre disponibilité du parc cet été afin de maximiser la production quand il fera froid […]

>> Lire la suite sur le site de Libération (12 juin 2020)

Rénovation énergétique : une tentative pour sortir le service public de l’habitat du flou

En germe depuis 2013, le service public dédié à la performance énergétique de l’habitat (SPPEH) peine à se concrétiser. Depuis le début de l’été, le débat se cristallise autour du mode de financement voulu par l’État, mais la clarification de ses missions continue, elle aussi, de faire défaut.

L’avenir du service public de la rénovation énergétique sera-t-il fixé à la rentrée ? En tout cas, il a fait un brusque retour dans l’actualité le 9 juillet. La DGEC a soumis au Conseil supérieur de l’énergie (CSE) un projet d’arrêtécréant un nouveau […]

>> Lire la suite sur Contexte (accès premium) 

Chauffage électrique : nouveau casse en vue pour le « gang des grille-pain »

En pleine préparation de la réglementation environnementale 2020 du bâtiment, l’administration a transmis une « note de cadrage » aux acteurs du secteur. Des considérations apparemment techniques créent l’avantage aux solutions électriques (peu efficaces) par rapport aux autres sources d’énergie pour chauffer les futurs bâtiments.

L’élaboration de la future réglementation environnementale 2020 du bâtiment réactive l’éternel bras de fer entre partisans du chauffage au gaz et défenseurs de l’électrique, caricaturés par les premiers sous l’appellation de « gang des grille-pain ».

Dans une « note de cadrage » communiquée aux acteurs du secteur avant une réunion, le 11 avril, la DGEC aborde la révision du coefficient énergétique de l’électricité ainsi que la méthode de calcul des émissions de carbone induites. Deux sujets aussi indigestes que cruciaux […]

>> Lire l’intégralité de l’article sur Contexte (accès premium)

RTE se plaint du manque de fiabilité de l’effacement

Le gestionnaire de réseau déplore la moindre fiabilité des effacements de consommation pour l’équilibrage du réseau par rapport aux moyens de production. Justement, la concertation est en cours pour définir les règles du prochain appel d’offres « effacement ».

Les mots sont sévères et les chiffres accablants. Dans son dernier diagnostic sur la sécurité d’approvisionnement de la France en électricité, RTE égratigne sérieusement la filière effacement, donnant même l’ « alerte sur la fiabilité de ce levier et sur sa contribution à la sécurité d’approvisionnement ».

En 2017, plus des trois quarts des opérateurs d’effacement actifs auraient été concernés par des « défaillances d’ampleur significative lors des activations de leurs offres », selon le gestionnaire de réseau. « Début 2018, des refus d’activation de l’ordre de 50 % de la capacité contractualisée ont été constatés. »

En tout, quelque 2 700 MW d’effacement sont théoriquement mobilisables, mais…

>> Lire la suite sur Contexte (accès premium)