Europe: l’impact mitigé des forfaits de train sur le climat

Testé par plusieurs de nos voisins européens, l’abonnement unique, illimité et bon marché pour l’accès aux transports en commun rencontre un franc succès. Mais pour espérer un vrai report modal, en particulier depuis la voiture, il faudra aller beaucoup plus loin.

«C’est une des meilleures idées que nous ayons jamais eue», fanfaronnait en août le chancelier allemand, Olaf Scholz, à propos du «9-Euro-Ticket». Cet abonnement expérimental a permis d’emprunter de manière illimitée tous les transports régionaux et locaux du pays de juin à septembre. Et il a incontestablement trouvé son public: 52 millions de tickets ont été vendus, sans compter les 10 millions de titulaires d’un abonnement ayant profité de la ristourne.
La mesure, qui a coûté 2,5 milliards d’euros à l’État, visait autant à soulager le portefeuille des Allemands qu’à stimuler les transports écologiques pendant la crise énergétique. Selon le service allemand de la statistique, la fréquentation des trains a bondi de 42% cet été par rapport à l’été 2019. Et malgré des conditions de transport souvent chaotiques dues à la saturation des infrastructures, le taux de satisfaction des usagers a caracolé à 88%, selon un sondage du lobby des transports allemands VDV.

En Autriche, où l’idée a germé, le Klimaticket fête sa première année en fanfare. Depuis octobre 2021, près de 170.000 Autrichiens ont souscrit à cet abonnement à 3 euros par jour quand le gouvernement écolo-conservateur en espérait 120.000. L’exemple fait des émules et […]


>> Lire la suite sur le Figaro

Publicité