Agriculture et solaire : l’agrivoltaïsme creuse un nouveau sillon

Depuis déjà une décennie, l’agrivoltaïsme vise une véritable synergie de fonctionnement entre la production agricole et photovoltaïque mais réconcilier ces deux sciences complexes nécessite plus d’innovation qu’il y paraît.

En France, les exploitations agricoles accueillent déjà quelque 13% du parc photovoltaïque, soit plus de plus de 15 000 installations participant à la transition énergétique en cours. Dans le cas des hangars, la cohabitation entre agriculture et production d’énergie paraît relativement simple. En revanche, les choses se compliquent quand le sol nourricier est en jeu. Sur ce point, la définition de l’agrivoltaïsme, telle que fixée par la Commission de régulation de l’énergie (CRE) est assez claire : « Les installations agrivoltaïques permettent de coupler une production photovoltaïque secondaire à une production agricole principale en permettant une synergie de fonctionnement démontrable ».

Les serres PV : 80% d’échec

Cette mise au point, apparue en octobre 2017 dans le cahier des charges de l’appel d’offres pluriannuel « solaire innovant » est censée parer aux errements constatés dans les années 2010 avec le développement des premières serres photovoltaïques. Sur le papier…

JDPV29.jpg

 

>> Lire la suite dans le Journal du photovoltaïque n°29 (novembre-décembre 2018)