Après Fukushima, l’Allemagne peine à sortir de l’atome

L’abandon accéléré de l’atome, décidé par la chancelière Angela Merkel au lendemain de la catastrophe nucléaire de Fukushima, fut une décision historique pour l’Allemagne. Mais l’histoire, justement, ne s’arrête pas là et le pays est loin d’en avoir fini avec les interminables chroniques des scandales environnementaux et financiers. La France peut-elle en tirer des leçons ?

Vendredi 11 mars 2011 marque le début du deuxième désastre nucléaire de l’histoire.
À Fukushima, au Japon, la centrale de Daiichi est hors de contrôle depuis qu’elle a
été endommagée par un séisme de magnitude 9 suivi d’un tsunami. Le bilan humain et environnemental est désastreux, l’onde de choc est mondiale. En Allemagne, c’est le déclic […]

>> Retrouvez l’intégralité de l’article dans le Nexus n°112 (septembre/octobre 2017)